My Profound Love for Cuisine / Ma Relation Passionelle avec la Nourriture

According to what I have heard, it all started when I was very small. My family always spoke about the bills that I used to write as soon as we were finished with lunch. I never even forgot the VAT, despite my young age.  At six years old I used to order gourmet degustation menus (which I used to polish off completely) an age when most children eat bangers and mash with gravey…

lucie7

Today I would like to try to explain that cuisine is, for me, so much more than a hobby. It is something that has always been part of my life, something that grew up with me, that has accompanied me despite my sorrow or happiness, and something that I will never give up.

lucie6When my husband comes home after a day at work and I tell him all about my day and tell him that I am tired, he asks: “Why are you cooking then? Make something quick and relax on the couch for a while”. Well… NO thanks, one of my pleasures, my precious little moments, along with playing the piano is to cook for 2 or 3 hours after returning from a long day at work.

lucie4My way of cooking and my love for “good food” perfectly reflects my character and my way of being. I can get so upset when I ruin a meal that had been so perfect in my mind that one better not talk to me and leave me the time to calm down. On the other hand; I have already been moved to tears when presented with a fascinating and perfectly-executed dish. I usually cook for those I love or to please people. When my husband and I argue (yeah, it happens to the best of us!), I generally “punish” him by only cooking for me. I’m sure he’s not hurt at all, but for me, it’s more spiteful than any words could argue.

lucie02At the restaurant, I am often very critical. As my husband says so well: “If Lucie says: ah, it’s not bad, I know she it’s actually pretty damn delicious.” I assume that being a chef is all about sharing one’s love of food, which requires a great respect for fresh produce and how to use it. Whatever the style of the restaurant I’m in, I’m always outraged to find a frozen and watery piece of fish on my plate in a restaurant by the sea, industrial pasta in an Italian restaurant or a t-bone steak as tough as leather.

Maybe you will recognize yourself in some of the following lines; Here is a quick overview of my habits:

At the restaurant:

– I stare at people who eat with their mouthes open or make too much noise, until they stop.

– I check the cleanliness of the glasses and cutlery

– I check if the bread is fresh or frozen

– I read the menu at least 3 times, choose two dishes that I like the most and announce one of two randomly when the waiter asks me what I want.

– I ask to taste some of the food in my fellow diners’ plates (only if they are close to me of course), before starting mine.

– I ask my husband to taste the water before drinking it, if he is with me.

At home and in general:

– I clean everything that I am using while cooking (a 2m2 kitchen and no dishwasher obliges)

– I always try to present my dishes well, whether there are 2 or 10 people invited for diner.

– I always opt for products that are in season

– If a friend asked me how to make homemade mayonnaise, I would do a demo at any time of the night or day (people are always so nice in pretending they are interested !)

Finally, at a very early age, I developed this strange but effective habit that involves keeping my first bite a few seconds in my mouth, then breathing in a bit of air, closing my mouth and repeating the “process” several times in order to really appreciate all the flavours in what I’m eating.

Sans titreAt home, the Larousse Gastronomique throne sits in the living room, the kitchen drawers are a real Ali Baba treasure trove and the inside of my pantry looks more like a Tetris game than a food cupboard.

I have been posting on my food blog since October 2011, and I hope that my recipes inspire you and please you. I would also like to thank, from the bottom of my heart my grandmother, who always spent hours in her kitchen, cooking delicious love-filled dishes for our huge family. She is my daily inspiration.

photo-198

————————————————————-

D’après ce qu’on me raconte, elle aurait débuté lorsque j’étais encore toute petite. Ma famille m’a toujours parlé des fameuses additions que je rédigeais dès que nous avions terminé de déjeuner (je tiens à préciser que je n’oubliais jamais la TVA, même à 7 ans), ou bien des menus gastronomiques “dégustation” que je commandais à 6 ans (et que je finissais), âge où la plupart des enfants dévorent leur steak hachés frites “mayo-ketchup”.

lucie7

Aujourd’hui je me permets cette parenthèse pour essayer de vous expliquer que la cuisine est pour moi beaucoup plus qu’un hobby. C’est quelque chose qui a toujours fait partie de ma vie, qui a grandit avec moi, qui a su accompagner mes peines et mes joies et que je n’abandonnerai jamais.

lucie6

Lorsque mon mari rentre après une journée de boulot et que je lui raconte ma journée et lui explique que je suis K.O., il me demande :”pourquoi es-tu en train de cuisiner? Fais réchauffer quelque chose et affale toi un moment sur le canapé!”. Et bien non, un de mes échappatoire, de mes petits moments à moi, avec le piano, est de cuisiner 2 ou 3 heures en rentrant d’une longue journée au travail.

lucie4

Ma façon de cuisiner et mon amour pour la “bonne bouffe” reflètent parfaitement mon caractère et ma façon d’être. Je peux aussi bien m’énerver lorsque je loupe un plat qui, dans mon esprit, allait être une totale réussite, et là, mieux vaut ne pas me parler et me laisser me calmer, mais il m’est déjà arrivé d’être émue aux larmes devant un plat fascinant et tellement bien exécuté. Je cuisine en général pour ceux que j’aime ou bien pour faire plaisir aux gens. Lorsque mon mari et moi nous disputons (bah oui, ça arrive hein!), je le “punis” généralement en ne cuisinant que pour moi. Je suis certaine que ça ne le blesse aucunement, mais pour moi, ça vaut toutes les scènes de ménage imaginables 😉

Au restaurant, je suis souvent très critique. Comme dit si bien mon mari. “Si Lucie dit: ah, c’est pas mal, je sais qu’elle se régale”. Je pars du principe que le métier de restaurateur est un métier de partage, qui demande un grand respect des produits et de la manière dont nous les utilisons. Quelque soit le style du restaurant, je suis toujours outrée de retrouver dans mon assiette un morceaux de poisson décongelé plein d’eau servi dans un restaurant en bord de mer, des pâtes industrielles dans un resto italien ou bien une vieille semelle sans goût bourrée de nerfs lorsque je commande une énorme côte de bœuf.

lucie02

Peut être que vous vous reconnaitrez dans quelques unes des lignes suivantes; Voici un aperçu rapide de mes petites manies à table:

Au restaurant:

– Dévisager les personnes qui mangent la bouche ouverte ou faisant trop de bruit jusqu’à qu’ils s’arrêtent

– Vérifier la propreté des verres et des couverts

– Vérifier si le pain servi est frais ou congelé

– Lire le menu au moins 3 fois, choisir les 2 plats qui me plaisent le plus et annoncer 1 des 2 au hasard au serveur lorsqu’il me demande ce que je veux.

– Piocher dans les plats des autres convives (seulement si ils sont proches bien sûr), avant de commencer le mien.

– Faire goûter l’eau en carafe par mon mari avant d’en boire, si il est là.

A la maison et en général:

– Nettoyer chaque chose utilisée pendant que je cuisine (une cuisine de 2m2 et pas de lave vaisselle oblige)

– Toujours bien présenter mes plats, que nous soyons 2 ou 10 à table

– Opter pour les produits de saison

– Dès qu’un ou une amie me lance sur la fabrication de la mayonnaise maison, je leur fais une démo, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit (ils sont sympas mes amis, pas un qui se soit moqué de moi)

Enfin, depuis toute petite, j’ai cette manie de garder ma première bouchée quelques secondes en bouche, de faire rentrer un peu d’air, de refermer ma bouche et de répéter cette “opération” plusieurs fois pour ressentir toutes les saveurs de ce que je mange. (oui, c’est bizarre, mais ça marche!)

Sans titre

Chez moi, le Larousse gastronomique trône dans le salon, les tiroirs de la cuisine sont de véritables cavernes d’ali baba et l’intérieur de mes placards fait plus penser à une partie de Tetris qu’autre chose….
Je tiens ce petit blog de cuisine depuis octobre 2011, et j’espère que mes recettes vous inspirent et vous plaisent. Je profite de cet article un peu spécial pour remercier du fond du cœur ma grand-mère, elle qui passe des heures dans sa cuisine sacrée, à nous concocter de bons petits plats remplis d’amour qui m’ont tellement inspirés.

photo-198

Advertisements

2 thoughts on “My Profound Love for Cuisine / Ma Relation Passionelle avec la Nourriture

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s